Clinique Dentaire Savoie Et Roy

Le journal communautaire de Saint‑Étienne‑de‑Lauzon 

 

Chronique Culinaire Chronique Culinaire

Chronique culinaire

Chronique culinaire
Par : Jacqueline Lemay Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Fondue à l’érable (avec petits trucs)
de Roger Bergeron

125 ml de sirop d’érable.
2 tasses de crème 15 % (préférence crème à cuisson).
2 c. thé de fécule de maïs .
2 jaunes d’œuf légèrement battus.

Fruits en morceau.
Cubes de gâteau éponge (personnellement je préfère une plus grande diversification en terme de fruit que d’avoir du gâteau).
Dans une casserole, faire chauffer le sirop d’érable environ 5 minutes (prendre la plus grande casserole car le produit final sera dans cette casserole).
Dans un bol, diluer la fécule de maïs dans 2 c. à thé de crème.
Chauffer le reste de la crème jusqu’à ébullition et l’ajouter au sirop (ne pas faire l’inverse car risque de débordement).
Incorporer le mélange d’œufs et de fécule de mais au sirop.
Chauffer jusqu’à épaississement

Servir la fondue dans une petite casserole sur un réchaud.
Servir avec fruits et gâteau.

Pour savoir si le sirop est cuit à point, on laisse tomber quelques gouttes dans de l’eau froide. Lorsqu’il est prêt, il forme de long fils.

    

NOTE

DESTINATAIRES :    À mes chers lecteurs, lectrices et à la direction du Journal le Tourbillon.

SIGNATAIRE :    Jacqueline Lemay

DATE :    le 14 mai 2010

OBJET :    Arrêt de la chronique culinaire

Après plus de quatre ans à rédiger la chronique culinaire, je me suis appliquée à donner des recettes, simples, peu dispendieuses, santées et délicieuses. J’ai fait beaucoup de recherches dans mon précieux fichier de recettes, différents bons livres (surtout celui de M. Daniel Pinard) et différents sites Internet.

Je prévois me consacrer maintenant davantage à la peinture à l’huile. Merci à M. Jean Gagnon qui a lancé l’idée de la chronique culinaire, aux gens qui ont collaboré et à ceux qui m’ont donné des commentaires positifs.
Jacqueline Lemay

Chronique culinaire

Chronique culinaire
Par : Jacqueline Lemay Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pépites de thon cuites au four
Donne 4 portions (137 Cal)
Tiré du site Internet www.crestor.ca

Thon en morceaux dans l’eau, égoutté : 175 g / 6 oz
Purée de pommes de terre : 250 ml / 1 tasse
Fromage cheddar fort, râpé : 75 ml / 1/3 tasse
Oignon émincé : 30 ml / 2 c. à thé
Aneth frais, haché : 10 ml / 2 c. à thé
Poivre noir : Une pincée

Préparation

Chauffer le four à 425°F (220°C). Dans un petit bol, mélanger tous les ingrédients ; former environ 24 pépites de 15 ml / 1 c. à table chacune.

Cuire au four sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier parchemin pendant 20 minutes, en tournant à mi-cuisson, ou frire dans un poêlon antiadhésif à feu moyen pendant 3 minutes de chaque côté, jusqu’à ce que les pépites soient dorées et croustillantes.

Conseil : Le papier parchemin est traité au silicone pour l’empêcher de brûler lors de la cuisson au four ; par conséquent, il n’est pas nécessaire de graisser la plaque avec de l’huile ou du beurre. On peut en outre le réutiliser.

Mes commentaires :
#1 Je forme des pépites de 1 pouce (2 ½ cm) de diamètre.
#2 J’utilise la tôle à pizza ou à biscuits, je ne mets pas de papier parchemin et je ne retourne pas les pépites en cours de cuisson.

Chronique Culinaire

Chronique culinaire
Par : Jacqueline Lemay Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pâté de foie de poulet simple
De : Paul Martin; Les meilleures recettes du chef; page 163.

(Donne environ 4 tasses)

1 lb. de foies de poulet, entiers.
7 onces de veau haché.
1 petit oignon haché.
2 onces de cognac.
2 c. à soupe de beurre.
½ tasse de crème à 35%.
¼ tasse de beurre clarifié.
1 c. à thé de persil haché.
1 gousse d’ail, écrasée et hachée.
Sel et poivre.

Nettoyer les foies de poulet et les mettre de côté.

Faire fondre les 2 c. à soupe de beurre dans une casserole, à feu moyen/élevé. À l’apparition d’écume, ajouter l’oignon et le veau. Saupoudrer avec le persil, saler et poivrer.
Ajouter l’ail et faire cuire 3 à 4 minutes, à feu moyen/élevé.
Mettre les foies de poulet dans la casserole; bien mélanger et faire cuire 5 minutes.
Ajouter la crème. Amener le liquide à ébullition, à feu vif, et le faire réduire 3 à 4 minutes.
Placer le mélange dans votre robot culinaire ou mélangeur et le purer.
Incorporer le beurre clarifié et le cognac. Rectifier l’assaisonnement.
Verser le pâté dans un moule à pâté. Réfrigérer jusqu’au moment de servir.

Commentaires :

            #1 Délicieux tartiné sur des morceaux de pain baguette ou des craquelins avec l’apéro.
            #2 grande source de fer, mais aussi de calories.

Fondue à l’érable (avec petits trucs)
de Roger Bergeron

125 ml de sirop d’érable.
2 tasses de crème 15 % (préférence crème à cuisson).
2 c. thé de fécule de maïs.
2 jaunes d’œuf légèrement battus.
Fruits en morceau.
Cubes de gâteau éponge (personnellement je préfère une plus grande diversification en terme de fruits que d’avoir du gâteau).

Dans une casserole, faire chauffer le sirop d’érable environ 5 minutes (prendre la plus grande casserole car le produit final sera dans cette casserole). Dans un bol, diluer la fécule de maïs dans 2 c. à thé de crème.
Chauffer le reste de la crème jusqu’à ébullition et l’ajouter au sirop (ne pas faire l’inverse car risque de débordement).
Incorporer le mélange d’œufs et de fécule de mais au sirop.
Chauffer jusqu’à épaississement.


Servir la fondue dans une petite casserole sur un réchaud.
Servir avec fruits et gâteau.

Pour savoir si le sirop est cuit à point, on laisse tomber quelques gouttes dans de l’eau froide. Lorsqu’il est prêt, il forme de long fils.

chronique culinaire

Salade d’orzo

1 poivron rouge en pièces
1 petit oignon rouge en pièces
¼ tasse de noix de pin
2 tasses d’orzo (c’est une pâte alimentaire un peu plus grande que le riz)
3 c. à table d’huile d’olive
1 tasse de fromage râpé
1 tasse d’olives noires tranchées
3 c. à table de basilic haché fin
jus d’un demi citron
poivre

1. Cuire le poivron et l’oignon sous le gril pour 7 minutes (placer les pièces de poivron la pelure sur le dessus.)
2. Faire griller les noix de pin dans une petite casserole sans beurre ni huile, jusqu’à coloration et réserver.
3. Dans une grande casserole d’eau bouillante salée cuire les pâtes d’orzo 5 minutes. Rincer à l’eau froide. Enlever l’eau, transférer dans un plat à salade et arroser d’huile d’olive
4. Ajouter tous les ingrédients à l’orzo excepté les noix de pin. Mélanger et mettre au réfrigérateur.
5. Au moment de servir, ajouter les noix de pin et mélanger.

Chronique culinaire

Chronique culinaire

Par : Jacqueline Lemay
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Rosbif
de Madeleine Dubois

Mélanger bien dans un petit bol :
1 c. à soupe de moutarde sèche
1 c. à soupe de beurre
1 c. à thé de curry
1 c. à thé d'épices à steak

Beurrer le rosbif de ce mélange.
Placer une tige de céleri et un panais ou une carotte dans le fond d'une poêle en fonte.
Y déposer la pièce de viande.
Cuire au four préchauffé à 400°F (205°C) sur la grille du bas, 10 minutes.
Réduire le four à 350°F (177°C) et continuer la cuisson 35 minutes.
Envelopper dans un papier d'aluminium et laisser reposer 15 minutes sur le comptoir.

Sauce :

Déglacer la poêle avec 1 ½ tasse d'eau et une base pour bouillon de bœuf, au goût.
Épaissir la sauce avec 2 c. à soupe de fécule de maïs, délayée dans un peu d'eau. (2 c. à soupe)
Servir la sauce dans de petits plats individuels pour y saucer la viande par bouchée.

Restes de rosbif :

Réchauffer le reste de la sauce au bain-marie.
Passer les tranches dans la sauce.